le 16 juin 2008 sur le net  
 
Accueil
 
édito du jour
 
loi du 25.01.2011
 
DEMARCHES ET INFOS
 
SODIE
 
EMPLOI SERVICE
 
CHRONIQUE D'UNE MORT
 
info du net
 
archives édito
 
archives du net
 
newsletter

Aix : inquiets, les avoués bloquent la cour d'appel

Forcément, ça faisait désordre... Des dizaines de jeunes femmes plantées devant les entrées de la cour d'appel, refusant obstinément de laisser entrer le public, les avocats et les magistrats, on n'avait jamais vu ça.

Mais hier, ces "petites bonnes femmes", comme elles se décrivaient, en avaient gros sur le coeur. Il faut dire que l'annonce faite lundi par Rachida Dati leur a fait l'effet d'une condamnation à mort. "Elle a annoncé au président de la Chambre nationale des avoués la suppression de la profession avec effet au 1er janvier 2010 ", expliquait hier Robert Buvat, président de la compagnie des avoués près la cour d'appel d'Aix.

Une "communication mensongère", pour les avoués: "La ministre fait croire qu'elle agit dans l'intérêt du justiciable par une simplification de la procédure d'appel et une réduction de son coût, alors qu'il est aisé de prouver que cela ne favorisera que les justiciables fortunés s'offrant les services d'avocats hors de prix." "Aucune négociation, pas la moindre entrevue, nous sommes condamnés sans avoir eu notre mot à dire", poursuivait Robert Buvat, prenant la parole pour une profession rongée par l'inquiétude. Car au-delà des 48 avoués d'Aix, c'est tout leur personnel (soit 300 salariés) qui est menacé. Et qui a décidé de se faire entendre.

Dès 14 heures, les salariés des cabinets d'avoués ont bloqué les entrées du palais Verdun. Une session d'assises a même été empêchée. Puis le premier président a reçu une délégation et assuré les avoués et leurs employés de son soutien. Un courrier devrait partir au cabinet de Rachida Dati dans les jours à venir.

Par Sèverine Pardini ( SPardini@laprovence-presse.fr)

© 2011