le 29 février 2008 sur le net  
 
Accueil
 
édito du jour
 
loi du 25.01.2011
 
DEMARCHES ET INFOS
 
SODIE
 
EMPLOI SERVICE
 
CHRONIQUE D'UNE MORT
 
info du net
 
archives édito
 
archives du net
 
newsletter

L’inquiétude des salariés des avoués de la cour d’appel

 

PROPOS RECUEILLIS PAR MATHIEU THUILLIER > Suite au rapport Attali qui préconise la suppression des avoués près les cours d’appel, les salariés des études d’avoués douaisiennes appellent à un rassemblement, jeudi, devant la cour d’appel de Douai. Explications avec Audrey Corbier, porte-parole du mouvement.

Les salariés des études d’avoués douaisiennes appellent à un rassemblement devant la cour d’appel de Douai, jeudi. Pour quelles raisons ?
 >> Dans son rapport, M. Attali, dans la proposition 213, préconise la suppression pure et simple des avoués près les cours d’appel. Un avoué, c’est un officier ministériel, nommé par le garde des Sceaux, qui est seul habilité à représenter les justiciables devant les cours d’appel dans les affaires civiles et commerciales. En France, il y a 444 avoués, et 2 600 secrétaires, qui se chargent de la correspondance entre l’avoué et son client.
Donc, en préconisant cette suppression, automatiquement, les secrétaires se retrouveront sans emploi.

Ça représente combien d’emplois sur Douai ?  >> A Douai, il y a 8 études et 15 avoués. Ça correspond en tout à 91 salariés.
Les salariés ont une formation pour la cour d’appel, on n’a aucune connaissance des procédures d’instance. Si on est amené à travailler chez un avocat, il faudrait nous reformer. En plus, les avocats ne vont pas embaucher de nouveaux personnels, ils ont déjà le leur. Même si une procédure d’appel leur est imposée, ils n’auront pas assez de dossiers pour reprendre des secrétaires à temps plein...

Avez-vous été surpris quand vous avez entendu le rapport Attali ?  >> Oui, bien sûr. On est tombé de très haut, parce que nous, on pensait plutôt à une réforme, mais là c’est vraiment une suppression de la profession. Il n’y aura plus du tout d’avoués, ni de secrétaires qui vont avec...

Quels arguments ont été avancés par M. Attali pour supprimer les études d’avoués ? >> Son rapport a été rendu pour relancer la croissance. Nous, on ne comprend pas qu’en supprimant une profession on puisse relancer la croissance. Pour lui, c’est plus une économie au niveau de la justice. Nous, au niveau des justiciables, on ne peut pas comprendre qu’on supprime encore des personnes. C’est incompréhensible. Comment peut-on relancer l’économie en supprimant des emplois ?  

Avec ce rassemblement, vous souhaitez interpeller l’opinion publique.  >> On va bloquer l’accès à la cour d’appel pour retarder les audiences de jeudi. On veut se faire entendre et expliquer notre situation. La décision n’a pas encore été votée, mais on veut faire part de notre peur et de nos inquiétudes. On est une profession très méconnue, on voudrait d’abord se faire connaître aussi. La suppression de 2 600 emplois sur toute la France, c’est quand même un gros licenciement ! C’est cinq fois Arcelor Mittal, c’est très important au niveau social !  •

 Lien 

 Nord eclair

 

© 2011